Bienvenue

Beaucoup de choses à dire sur la réforme des Retraites:

 - les syndicats ne sont pas violents, nous sommes loin de la violence syndicale d'un Georges Marchais. Les grandes centrales syndicales sont "achetées" par l'UE et donc particulièrement complaisantes avec celle-ci et les réformes qu'elle entend imposer. La CGT en parlant de la CFDT dit "si demain nous sommes enchaînés, la CFDT négociera le poids des chaînes"... Voilà où nous en sommes en métropole avec les syndicats qui ont trahi les ouvriers.

- Les différents régimes de retraite sont un faux problème car tous les employés (cadres ou ouvriers) ne cotisent pas le même montant. Ces régimes spéciaux ont été obtenus de longue lutte ou comme pour les avocats parce que l'Etat ne leur donnait rien. Les différents régimes ne sont pas un problème en soi. Vouloir mettre en place un régime universel est une folie, c'est comme vouloir que tout le monde soit blanc ou noir ou autre, mais sans différences...

- Le départ à la retraite doit être tout simplement conditionné par le nombre d'années de cotisation. Si l'on fixe le départ à la retraite à taux plein à 40 annuités et bien l'employé, quel que soit son âge d'entrée dans le monde du travail partira à son âge d'entrée + 40 annuités. N'oublions pas que ceux qui commencent à travailler jeunes, à 16 ans par exemple, le font dans des travaux pénibles ce qui réduit leur espérance de vie et donc de pouvoir profiter de leur retraite. Actuellement, 17% des travailleurs meurent avant de pouvoir jouir de leur retraite. Ces travaux pénibles ne sont pas gratifiants contrairement à ceux qui sont sanctionnés par de longues études (médecins, avocats, juristes, etc,...) et pour bon nombre de ces cadres employés, le départ à la retraite est synonyme de mort sociale.

- Le système de retraite est excédentaire de 165 milliards d'euros. Il y a de quoi voir venir et aucun gouvernement, depuis Jospin, n'a eu à gérer une telle manne d'où l'idée géniale de confier ce portefeuille à Black Rock. Mais pour cela, il fallait nous faire croire que le système était en danger et au bord de la faillite.

- Est-il anormal de voir partir à la retraite une personne qui a travaillé dans le BTP à 56 ans et qui est éreintée et usée par le travail ? Si l'on veut une société juste, il faut tenir compte des parcours et de la pénibilité des emplois. Une société égalitaire est une société injuste. Sachez qu'en coulisse tout est déjà prêt pour cette transition.

 - En métropole, pour toucher une retraite à taux plein (c'est-à-dire sans décote), vous devez justifier d'une durée d'assurance minimale - liée à votre année de naissance – qui est de 167 trimestres. Elle est calculée sur la moyenne des 25 meilleures années de votre carrière. Le salarié percevra 50 % x 16.500 € = 8.250 € bruts par an, donc 687,50 € bruts par mois pour une retraite de base, majorée d'une éventuelle retraite complémentaire. Là, nous avons un très gros problème d'injustice sociale.

- A priori, c'est à partir de 1971, que tout a commencé à déraper. Les profits pour les entreprises (grandes) se sont envolés et les salaires ont commencé à baisser de façon régulière et constante. Le résultat aujourd'hui, en France, est la pauvreté des retraités qui perçoivent une retraite de misère ne leur permettant pas de faire face aux dépenses incompressibles du quotidien. Imaginez un instant que leurs cotisations d'une vie de travail abondées des cotisations de l'employeur leur soient versées sous forme de capital, ils pourraient vivre pendant quarante ans sur le même niveau de vie que celui qu'ils avaient en tant qu'actif !... Cherchez l'erreur !..

- Si la Calédonie veut être innovante, ce qui sera très difficile car ce système (par répartition) contrairement à ce que l'on dit est une grande réussite, elle ne pourra qu'améliorer le système non pas sur l'âge de départ mais sur le nombre d'années cotisées et sur le taux (de 50% à 80%). Si le système de point est plus juste, le système de l'annualité l'est davantage et il est indiscutable. Toute personne ayant travaillé et cotisé pendant 40 ans peut partir à la retraite.

- Il faut bien comprendre que l'on ne peut avoir des mesures sociales que si l'économie le permet. Vous pensez qu'avez 165% de dettes publiques, notre économie se porte bien ? Nous avons en Calédonie de grands spécialistes de la fiscalité, mais malheureusement pas d'économistes et nous en payons les conséquences.

- Tous les chômeurs ne sont pas des fainéants, par contre, compte tenu de la situation de l'emploi en France et actuellement en Calédonie, toute personne âgée de 50 ans et plus trouvera difficilement un travail. C'est une énorme hypocrisie qui nous est vendue...

Enfin, merci au COVID d'avoir mis en lumière l'absurdité des mesures prises par les deux gouvernements (Thierry Santa et Louis Mapou). La Suède n'a pas confiné, n'a pas stoppé son économie et il y a eu moins de personnes contaminées qu'en métropole et par comparaison (ratio) en Nouvelle-Calédonie. Nous payons une erreur manifeste d'appréciation. Un principe majeur est que l'on ne stoppe pas l'économie, même dans la pire des situations, c'est-à-dire la guerre...

Antoine Gil, janvier 2023

 

BlackRock exige, Ursula ordonne, Macron applique  !

 

 

Finimonopole

 

Les frais transitaires, la TGC et la vie chère.

Didier Hecky a  fait une interview sur la plateforme néotech.nc à propos des logiciels que sa société gecko informatique distribue.

C’est aussi une analyse sur la vie chère et comment on pourrait y remédier.

Environ 30 Milliards Xpf sont importés tous les mois (https://www.isee.nc/economie-entreprises/economie-finances/commerce-exterieur), les transitaires facturent environ 100 à 200 Millions/Mois d’honoraires d’agréé en Douane pour faire les opérations en Dédouanement

Le logiciel TDO permet d’économiser théoriquement tout cet argent qui pourrait être réinjecté ans l’économie à travers les commerçants.

L’autre logiciel : ESD permet d’économiser 20% de TGC sur les produits manufacturés, il s’agit de nouveau de centaines de millions … par mois.

C’est un secret de polichinelle que les transitaires sont appelés des « commissionnaires » en Douane ou en Transport et qu’ils captent beaucoup d’argent à la source.

Ces programmes servent à se passer de ces  commissionnaires  dont le travail  est devenu un travail de secrétariat …

Cela doit représenter une centaine des personnes qui font un travail qui ne sert à rien … et qui coute chez aux consommateurs..

 

Peurlumiere

 

Elizabeth Nouar reçoit Philippe Blaise, président du MRC

Vendredi 3 janvier 2023

Philippe Blaise est interrogé sur l'actualité politique et sur l'avenir institutionnel alors que les Loyalistes ont prévu de réunir un séminaire, le 8 février, pour travailler sur leur projet de statut. Il évoque notamment les réflexions qui sont menées par son parti, le MRC.

Beaucoup de choses à dire :

  1. Le millefeuille administratif :

A qui doit-on un tel résultat ?

Faisons un peu de politique fiction en revenons quelques décennies en arrière, revenons en 1963, date à laquelle la Nouvelle-Calédonie a raté son rendez-vous avec la départementalisation ; sans rentrer dans les raisons historiques. Une Calédonie département, tout comme les Ardennes avec ses 270.582 habitants ou l’Orne avec ses 279.942 ou encore l’Aveyron avec ses 279.595 habitants, une Calédonie sans Provinces, sans Congrès, sans Gouvernement, sans CESE, sans Sénat coutumier, avec ses 33 communes aux pouvoirs renforcés, un Conseil général pour remplacer tout cela.

Que d’économies d’échelle !...

Que d’économies d’argent !...

Que d’économie de temps !...

Qui osera, tant dans le milieu indépendantiste que dans le milieu loyaliste, aller vers une telle simplification absolument nécessaire.

Les calédoniens doivent savoir que les Français des DOM ont plus d’avantages qu’eux (RAS, APL, prime pour parent isolé, etc…).

Enfin, les départements français sont-ils moins bien gérés que la Calédonie ? Absolument pas, c’est même l’inverse.

  1. Les résultats des 3 référendums

Oui, par trois fois les calédoniens ont dit non à l’indépendance, mais la dernière victoire a été une victoire à la Pyrrhus et les loyalistes sont aujourd’hui coincés. La politique de la chaise vide est mûrement réfléchie et les indépendantistes sont bien conseillés en la matière. Certains loyalistes nous annoncent tout de go qu’ils commencent déjà à travailler sur des sujets importants et que si les indépendantistes veulent les rejoindre la porte leur est ouverte. Les indépendantistes balaieront d’un revers de main tout ce qui ne leur conviendra pas. Sans eux, autour de la table de négociations, il n’y a pas de négociations.

Le but des indépendantistes est de pouvoir tout rafler lors des prochaines élections provinciales de 2024 ce qui leur donnera un bol d’air pour encore cinq ans. Contrairement à ce qu’avance M. Blaise, les prochaines élections provinciales se dérouleront avec le même corps électoral, pour le plus grand malheur des exclus.

  1. Le dégel du corps électoral

J’ai entendu Mme Sonia Bakès et M. Nicolas Metzdorf, dire que le dégel du corps électoral se fera automatiquement. Cela est faux et c’est grave d’entendre de tels propos dans la bouche de dirigeants politiques de haut niveau. Le dégel ne peut intervenir qu’après que le président de la République réunit le Parlement dans sa globalité en un sommet spécial dit « Congrès de Versailles » où les parlementaires « déferont » ce qu’ils ont fait il y a 20 ans déjà.

Le président de la République aura-t-il le courage d’engager le processus ?

Je précise que nos élus loyalistes ont, à l’époque, voté pour le gel du corps électoral même si celui-ci devait être glissant. En fait ce n’était pas le corps électoral qui était glissant mais le terrain politique sur lequel tous nos parlementaires se sont engagés et fourvoyés.

  1.  On attend tout de la France

Nous avons eu Chirac, nous avons eu Sarkozy, nous avons Macron et surtout son bras droit M. Darmanin, et les calédoniens ont cru en leur discours. La seule façon d’avancer est de la faire sans béquilles. Sois la Calédonie est mature pour faire ce travail, soit elle ne l’est pas et dans ce cas elle doit songer à devenir un département pour le mieux-être de l’ensemble des calédoniens.  A méditer.   Antoine GIL

 

Remettre21

 

RRB L’invité du matin

1 févr. 2023

Nicolas Metzdorf, député de la seconde circonscription

Beaucoup de choses à dire :

  1. Madame Elizabeth Nouar demande, à raison, si la place de notre député n’est pas en France compte tenu des problèmes à l’Assemblée nationale. Petit rappel, notre député est national et comme dit l’adage, adapté à la situation : « à courir deux lièvres à la fois, vous risquez d’en attraper aucun ».

  1. Certes Daniel GOA n’est pas un homme politique fiable, ni rassurant, mais il est le porte-parole d’indépendantistes virulents et petit rappel, ce sont les indépendantistes virulents (très minoritaires) qui ont mis le feu aux poudres en 1984.

  1. Pour la culture de M. Metzdorf, l’expression « ce n’est pas en répétant un mensonge mille fois que cela devient une vérité » n’est pas la bonne. La vraie expression est celle-ci : "Un mensonge répété dix fois reste un mensonge ; répété dix mille fois il devient une vérité" et elle est due à Adolf Hitler. Votre expression outre qu’elle n’est pas correcte est très mal utilisée et je pense que si vous aviez su de qui elle était vous ne l’auriez sûrement pas utilisée. D’où le besoin de culture…

  1. EN : « Pensez-vous que Gérard Darmanin arrivera à ouvrir le dialogue avec les indépendantistes » ?

NM : « Moi ce que j’attends c’est un peu de fermeté, … et que si les indépendantistes jouent la montre l’Etat va commencer un peu à taper du poing sur la table… ». Force est de constater que notre député n’a pas compris le jeu des indépendantistes. Leur prochain but est de remporter les prochaines élections provinciales ce qui leur donnera un ballon d’air pour cinq ans, période qui sera mise à profit pour affiner leur stratégie.

NM : « Avec un corps électoral totalement ouvert. » Décidément nous avons élu un député sans culture juridique. Les choses sont on ne peut plus claires. Les exclus ne pourront retrouver leur droit de vote que si le Parlement réuni en Congrès à Versailles défait ce qui a été fait il y a plus de 20 ans maintenant. Je doute que le président de la République compte tenu de la situation sociale en métropole décide de réunir le Parlement en Congrès à Versailles. Donc, les prochaines élections se feront avec la même liste électorale pour les provinciales (LESP).

NM : « je suis un leader loyaliste au plan local ». Non, vous êtes un député national. Le terme de chef ou de porte-parole eût été plus judicieux au lieu de cet anglicisme de mauvais aloi, bien que localement vous ne l’êtes pas, vous l’êtes au plan national, c’est votre mandat.

M. Metzdorf commencerait-il à se rendre compte que la majorité à laquelle il a adhéré et qui lui a permis de remporter sa victoire aux législatives n’est peut-être pas aussi déterminée que lui à mettre un peu d’ordre dans tout ce fatras ! …

  1. Les institutions : provinces plus fortes ou suppression des provinces. Restons serein et raisonnons un peu. La Nouvelle-Calédonie c’est l’équivalent du département de l’Aveyron en termes de population (279.595 habitants), mais notre pays est organisé comme une région de métropole. La région Normandie est la région la moins peuplée et compte 3.307.286 habitants (la Corse mis à part), soit un rapport de 1 à 12. Pensez-vous raisonnablement que la Nouvelle-Calédonie doit être organisée comme une région ? La réalité de notre pays sont les communes qui devraient être renforcées et avoir les mêmes prérogatives que les communes de métropole. « Les provinces ont permis la paix », cela est faux, les provinces ont permis de « caser » un grand nombre de personnes qui n’auraient pas pu être employées dans le privé faute de réelles compétences. En fait, pour créer l’organe, on a créé le besoin… Et maintenant que le besoin est bien là, il sera difficile de supprimer l’organe.

Les institutions de notre pays doivent être dimensionnées à sa réalité, à savoir sa population et à sa richesse réelle. Une organisation identique à celle d’un département de métropole serait assurément la plus adaptée.

  1. NM : « On a gagné et en plus avec un corps électoral gelé … ». Désolé, mais c’est une victoire à la Pyrrhus, ce n’est pas une victoire et aujourd’hui, les maîtres de l’horloge sont les indépendantistes.

  1. L’âge de la retraite en France

NM : « Ben, je ne sais pas comment les français peuvent faire autrement, à un moment donné ça rentre plus quoi… ». Est-ce que M. Metzdorf est au courant de la réalité du problème de nos caisses de retraites (fonds de réserve mis en place par Jospin actuellement de 35 milliards d’euros + fonds de réserve des systèmes complémentaires de retraire. Le président du conseil des retraites, M. Pierre-Louis Bras, qui est celui qui connait le mieux le dossier dit que le total de ces fonds de réserve se montent à 116 milliards d’euros, soit près de 150 milliards pour les retraites. En 1996 est créée la CADES (Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale) financée par la CRDS (Contribution au remboursement de la dette sociale qui prend fin en 2024). Avec le remboursement de la CADES, 24 milliards d’euros supplémentaires seront dégagés. Jean-Louis Ray, président de la CADES déclare : « Aucun gouvernement n’a eu à arbitrer une telle manne ». Ce qui est fou et sidérant c’est qu’il n’y a pas de problème de financement des retraites. Toutes ces informations sont en ligne, il suffit de prendre le temps d’aller les consulter…

J’en déduis que notre député ne connait pas ce dossier ou alors qu’il est dans l’idéologie de la Renaissance…

Au fait, depuis peu l’espérance de vie en France diminue et nous sommes là devant une nouvelle réalité.

On ne peut construire que sur la raison car les passions sont destructrices et actuellement, tous nos dirigeants surfent sur les passions. Le pire est à venir.

Les différentes révisions des retraites précédentes ont abouti à une paupérisation des retraités ; ceux-ci ne parviennent pas à vivre normalement avec ce qui leur est versé. Ça c’est une réalité ignorée par notre député…Je pense que vous ne devez pas être très fort en mathématiques…

« Le droit à la paresse », c’est un nouveau concept. Décidément on aura tout entendu. Allez dire à une personne âgée de 50 ans licenciée et qui ne parvient pas à retrouver un emploi que c’est une paresseuse !... C’est grave de ternir de tels propos…Qui dévalorise le travail en métropole ?Qui brade nos industries cotées au CAC 40 ? Qui est entrain de tuer les artisans, les boulangers, les restaurateurs ? Qui ?...

Apparemment M. Metzdorf vous profitez bien de la cantine de la République. Je trouve que vous avez un peu forci depuis votre élection.

Petite piqure de rappel : alors que le gouvernement supprimait l’APL (5 euros), les députés s’octroyaient 1200 euros pour frais de bouche …

Qui profite des largesses de la République ? Et avec l’argent de qui ?

La cantine de l’Assemblée nationale est-elle bonne ?

Peut être que celle de l’Elysée est meilleure. A vous de me le dire.

NM : « on est plus la sixième puissance mondiale ». Petit rappel, lors de la campagne législative vous aviez dit que la France était la cinquième puissance mondiale. Aujourd’hui, vous dites qu’elle n’est plus la sixième puissance mondiale. Savez-vous qu’elle est son rang ?

Elle occupe le septième rang ne cesse de dégringoler et occupe le 23ème rang si l’on considère le PIB par habitant. Un peu de culture ne peut faire que du bien.

  1. NM : « A un moment donné il n’y a plus le choix ». Mais si, il y a toujours un choix. La France est le pays qui a résisté le plus à la commission européenne, mais Macron s’est chargé de rendre le pays très docile. Toutes ces mesures son dictées par la commission européenne à travers les GOPE (grande orientation de politique économique) et la France doit rentrer dans les rangs. Parmi les pays contributeurs directs, il n’en reste plus que trois (Allemagne, France et Italie), la France a toujours était une exception et cette exception doit être gommée au nom du droit anglo-saxon qui s’applique partout dans la communauté européenne. Les pays qui reçoivent les contributions de l’UE sont trop contents de cette manne et s’y habituent fort bien. La contrepartie c’est la servilité. Nous Français avons payé le réseau autoroutier de l’Espagne et du Portugal et le comble est que celui-ci est gratuit, à de très rares exceptions.

  1. NM : « je suis contre la suppression de l’ITR parce qu’en Nouvelle-Calédonie et dans les outremers la vie est plus chère donc c’est normal que les retraites soient un plus valorisées qu’en métropole… »

Oui, ce n’est que justice sociale que certains aient des pensions majorées de 75%, tout comme les salaires alors que le reste, la grande majorité se contente d’un salaire normal et d’une pension de retraite réduite de 50% lorsque l’on a travaillé dans le privé.

Si c’est sur de telles injustices sociales que vous voulez bâtir un pays, je pense que vous n’irez pas très loin…

  1. « Je travaille énormément sur le service national universel, que j’ai beaucoup défendu pendant la campagne électorale… »

Pendant votre campagne vous vous êtes déplacés à Koné à la rencontre des militaires du service adapté, ce qui à mon sens est une erreur majeure. Comment peut-on demander à des militaires qui par leur formation et leur statut ont en charge la défense du pays de se substituer à des enseignants qui ont échoué dans leur mandat ?

  1. « Je vais me rendre à la prison du camp Est, c’est 400 places et ils sont 650 à l’intérieur et ils y a environ 200 personnes en attende d’exécution de peine à l’extérieur parce qu’il n’y a plus de place au camp Est et la prison du Nord ne répond en rien à ces questions d’insécurité, puisqu’elle n’est composée que de 110 places pour des personnes qui vont bientôt sortir… »

Je vous invite à lire mes analyses sur l’état de notre justice, vous y apprendrez beaucoup de choses et vous pourrez mieux appréhender le problème de la délinquance dans notre pays.

Lien : https://www.facebook.com/MCFNC98/

On parle de rééquilibrage même pour les prisons !..

Dans le Nord, on est jaloux de la prison du Sud ? dites-moi que je rêve ou plutôt que je suis dans un cauchemar…

Madame Elizabeth Nouar, je vous remercie d’inviter nos représentants comme vous le faites cela nous permet de mieux les connaître et de jauger de leur épaisseur culturelle et de (tenter) de comprendre leur câblage intellectuel.

Antoine Gil

                                                                                                                                                    Salairehybride